Houston! On a un problème. J’ai l’impression d’avoir perdu le réseau avec mon enfant !

 

Chronique psychoéducative

 

 

 

 

 

Stéphanie Bolduc, psychoéducatrice

Houston! On a un problème! J’ai l’impression d’avoir perdu le réseau avec mon enfant !

Je suis à bout de souffle…que m’arrive-t-il ? À la rescousse de mes sens…

 

Connaître ou reconnaître: Suis-je un parent perroquet ou son portrait?

Avez-vous ce sentiment parfois de ne faire que cela répéter? D’avoir l’impression d’être transformé en perroquet? Vous savez de se dire dans notre tête que ça doit bien faire 50 fois que je lui répète et qu’il devrait bien le savoir maintenant! Ou encore d’avoir le sentiment que le réseau de communication est en panne? Vous savez quand cette pensée nous traverse l’esprit : je viens juste de lui dire et il fait le contraire de ce que je viens de lui demander!! Y comprend rien ou quoi ?

Mais oui … ça nous est tous déjà arrivé d’avoir ce genre de discours!! Suis-je un parent indigne pour autant? Non! La réponse est non. Être parent ne vient pas avec un guide d’emploi et puisque nous sommes humains… et bien nous ne sommes pas parfaits. Et votre enfant non plus! Parfois ces irritants résultent simplement d’une méconnaissance de nous-mêmes ou de notre enfant. À cet effet, voici quelques pistes qui vous aideront incontestablement à mieux connaître votre enfant ou du moins, à prendre conscience de prendre du temps pour vous y arrêter.

 

C’est mon enfant ! Je le connais voyons!

Connaissons-nous vraiment notre enfant? À cet effet, tentez de vous imaginer complétant un petit questionnaire visant à évaluer vos connaissances face à votre enfant. Que cela soit à propos de l’identification de ses goûts, ses rêves, ses défis, ses intérêts, ses forces,etc…, seriez-vous en mesure de le compléter avec succès?

Quoique bien des parents prétendent connaître leur enfant, il arrive qu’un doute germe. Il faut se demander si c’est vraiment le portrait de notre enfant que nous décrivons ou bien l’image que nous aimerions qu’il soit? Est-ce que ce sont ses goûts à lui ou les nôtres? Il faut faire attention et être prudent puisqu’il arrive fréquemment qu’une différence subsiste entre l’impression de connaître une personne, la perception que l’on en a et la réalité. Le rythme de vie quotidien est si débridé dans notre société qu’il nous arrive parfois d’oublier de faire une pause ou encore de s’arrêter pour l’essentiel.

 

S’arrêter et prendre le temps d’observer

 

 

S’arrêter ici ne veut pas dire d’être immobile et de ne plus rien faire!! Quel parent a le temps pour cela? Ici cela se traduit par remarquer davantage ses actions et réactions. De garder en tête de prendre l’habitude d’examiner les comportements de notre enfant. Simplement en l’observant, il est possible de prendre conscience de comment il tend à réagir face à une situation. Par exemple, quelle est sa réaction devant les difficultés ? Est-ce qu’il agit ou est-ce qu’il réagit? Tente-t-il de trouver des solutions par lui-même, recherche-t-il immédiatement ou de façon automatique l’aide d’une tierce personne, a-t-il tendance à se décourager avant même d’essayer ou il attend qu’on le fasse à sa place? Vis-à-vis les jeux ou toutes autres activités, est-ce qu’il respecte les consignes et/ou les règlements? Est-ce que c’est lui qui impose ses règles ? Est-ce qu’il arrête de jouer et réagit difficilement s’il perd ou il est capable de féliciter le gagnant? Lorsque c’est le temps de ranger, avez-vous besoin de lui signifier ou il le fait par lui-même? Est-ce qu’il attend que je lui aie demandé la consigne 5 fois avant de l’exécuter?

 

Observez votre enfant c’est bien beau … il faut encore se regarder!

C’est pourquoi il importe de remarquer aussi notre attitude face à l’enfant. Quelles sont nos réactions face à lui? Voici quelques petites questions pour nous aider. Ai-je l’habitude de lui imposer ou de lui donner un choix? Ai-je tendance à le surprotéger ou à être trop libertin? Est-ce que je lui donne le droit à l’erreur? Est-ce que je réponds à sa place ? Est-ce que je respecte son droit de parole? Ai-je tendance à l’écouter jusqu’au bout ou à l’interrompre? Bref, le fait d’être attentif aux simples moments de la vie quotidienne en ce qui a trait à l’attitude, l’humeur, la manifestation de comportements ainsi que sur le plan de notre personnalité et celle de l’enfant peut être très révélateur. Lorsque l’on prend l’habitude d’être attentif et davantage observateur, on finit parfois par remarquer que notre enfant nous imite dans notre façon d’être.

 

S’accorder du temps de qualité est un moyen gagnant à coup sûr!

La meilleure façon d’apprendre à connaître notre enfant est simple. Il faut passer du temps avec lui, pas seulement par notre présence physique, mais bien du temps de qualité avec celui-ci. Pensons-y ? Combien de moments privilégiés je passe  avec mon enfant? Vous savez, du temps où on se consacre uniquement à cette relation «parent-enfant» sans penser à nos tracas quotidiens? Ces périodes n’ont pas besoin d’être des heures. L’important est que ce moment soit une occasion spéciale de partager du temps juste entre parent et enfant. Un truc qui aide est de prédéterminer des plages horaires pour pouvoir avoir du temps avec l’enfant. Un 10 ou 15 minutes peut suffire vous savez! Car dans ces moments, l’enfant sait que nous lui accordons tout ce temps juste pour lui. Ces périodes peuvent déjà faire partie de notre routine quotidienne comme la période des devoirs, la préparation des repas, la routine du dodo. Faire des petites activités simples suffisent comme faire de la lecture ensemble, exécuter une petite séance de Brain gym, jouer à des jeux de coopération, bricoler avec lui, faire ensemble la cuisine, aller prendre une marche ou du vélo, s’adonner à une partie de cartes, etc… Soyez créatif et attentif à ses intérêts, à SES goûts et à SES besoins. C’est une belle opportunité pour discuter avec notre enfant lors de ces moments privilégiés et de développer une complicité.

 

Développer une complicité par la communication

Communiquer c’est s’intéresser à notre enfant en discutant avec lui, en lui posant des questions le concernant. C’est par exemple s’informer de ses intérêts à l’école, de ce qu’il aime ou qu’il aime moins. Être alerte à comment il se sent face à certaines situations. Par exemple, lui demander comment il se par rapport à une matière scolaire.  Attention, ce n’est pas un interrogatoire, mais davantage un partage d’information. Laissons-lui la liberté de répondre ou non. Lorsqu’il n’a pas le goût de nous parler, nous pouvons simplement lui signifier que s’il en a envie ou le besoin que nous serons là pour l’écouter.

 

Toutefois, il ne faut pas se le cacher… habituellement, les enfants ont un don pour venir nous parler ou vouloir discuter lorsque nous sommes occupés ou encore que ce soit l’heure de dormir!

 

Communiquer avec votre enfant ne se résume pas uniquement à lui dire quoi faire ou ne pas faire.

 

Par contre, ne soyez pas surpris si votre enfant essaie de vous parler (et que lors de cette tentative) vous êtes en train de faire une multitude de choses à la fois… il ait l’impression que vous ne l’écouter pas. Il se peut que cela mette fin à son désir de dialoguer avec vous et qu’il cesse la discussion. D’autre part, faites attention lorsque les propos ne sont pas tout à fait bien exprimés! Le but n’est pas non plus d’avoir un retour moralisateur sur ce qu’il vous exprime, car cela n’est pas nécessairement ce dont il a besoin si votre enfant manifeste l’envie de vous partager ce qu’il vit. Faite preuve de discernement, parfois (et bien souvent),  le simple fait d’écouter ce qu’il a à exprimer et ce, sans intervenir, peut être suffisant et très bénéfique. En même temps, profitez-en pour améliorer les échanges, prenez du temps pour lui parler de vous, c’est magique! Vous verrez, il appréciera sûrement…

Le fait de mieux connaître notre enfant est un des moyens qui nous permet d’améliorer notre communication et renforce nos liens avec lui. Par le fait même, de diminuer notre sentiment du parent perroquet en réduisant le nombre de fois que nous devons répéter. S’arrêter, observer et identifier le mode de fonctionnement de l’enfant permet d’ajuster nos interventions. Prenez le temps de connaître votre enfant et surtout, prenez le temps de vous laissez découvrir par lui. Une expression sous-entend que le temps c’est de l’argent! Et bien moi je vous dirais que passer du temps avec votre enfant est davantage enrichissant!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *